Bienvenue sur le site du groupe socialiste
au conseil départemental du Pas-de-Calais
L'actualité en vidéo

Vidéo : services publics en danger

Publié le 29 mars 2018 dans Services publics

Patricia Rousseau, Bernard Cailliau et Laurent Duporge nous parlent de l’importance de préserver les services publics dans le Département du Pas-de-Calais. Le Département a fait le choix de ne pas baisser les effectifs au sein de son institution et de ne pas privatiser certains services comme le personnel d’entretien ou celui chargé des repas dans les collèges. La qualité du service rendu à la population en dépend et chaque habitant est concerné.

capture-video-services-publics-26mars


Vidéo : RD58 à Liévin, un axe structurant pour l’économie

Publié le 20 mars 2018 dans Aménagement

Laurent Duporge, Conseiller Départemental et Maire de Liévin nous parle de l’importance de la route départementale 58 dans le développement économie de la ville : restauration, hôtellerie, commerces, accès au Louvre Lens et aux futurs réserves du musée… Chaque jour, c’est plus de 20 000 véhicules qui empruntent ce « boulevard urbain » entretenu par le Département.

video-rd58-lievin


Vidéo : la culture pour mieux vivre ensemble

Publié le 14 mars 2018 dans Culture

Nathalie Delbart nous parle de l’appui qu’apporte le Département à la culture sous toutes ses formes et sur l’ensemble du territoire. C’est 850 000€ qui ont été attribués aux structures culturelles lors de la dernière commission permanente.

« La culture permet de s’épanouir personnellement, de mieux vivre ensemble, de faire société… pas question donc pour le Département d’abandonner cette politique ».

 
vid-culture-nat-delbart


Salon de l’agriculture 2018 : la pêche dans le Boulonnais et l’interdiction de la pêche électrique

Publié le 1 mars 2018 dans Agriculture & pêche

capture-salon-agriculture-peche-boulonnais

 
Nouvelle vidéo sur le salon de l’agriculture 2018 avec cette fois une interview de Claude Allan, Vice-Président du Conseil Départemental (ruralité, agriculture, port départemental d’Etaples) qui nous parle de la pêche dans le Pas-de-Calais, avec notamment le port de Boulogne, premier port de pêche de France et premier centre de transformation et de commercialisation de produits de la mer.

Claude Allan nous parle également des mesures d’interdiction de la pêche électrique. C’est l’occasion de rappeler l’implication du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen dans cette interdiction avec un voeu déposé au Gouvernement lors de la séance plénière du 18 et 19 décembre 2017.

 

VŒU RELATIF A LA PECHE ELECTRIQUE DEPOSE PAR LE GROUPE SOCIALISTE, REPUBLICAIN ET CITOYEN.

SEANCE DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DU LUNDI 18 DECEMBRE ET MARDI 19 DECEMBRE 2017
                   
L’Union Européenne avait interdit en 1998 la pêche électrique. Mais depuis 2007 des dérogations sont accordées par la Commission de Bruxelles afin d’autoriser cette pêche, à titre expérimental en Mer du Nord, à hauteur de 5% des flottes de chalutiers à perche de chaque Etat membre.
Or certains pays européens ont équipé leurs chaluts de filets électriques , bien au-delà du taux autorisé, particulièrement la flotte néerlandaise et dans une moindre mesure quelques bâtiments allemands, britanniques ou belges alors que la France s’est tournée vers d’autres types de pêche. Les pêcheurs néerlandais ont ainsi multiplié leurs prises par quatre depuis plusieurs années favorisant une forte diminution de certaines espèces : en 2012 les marins boulonnais ont pêché 940 tonnes de soles au 31 octobre 2017 à peine 390 tonnes. La production de cette espèce qui représente 80% du chiffre d’affaires de ces marins pêcheurs a chuté de 60% en 3 ans.
Les dispositions adoptées récemment par la Commission de la Pêche du Parlement Européen vont encore aggraver cette situation puisque est désormais autorisé un seuil de 5% de pêche électrique pour tous les types de pêches et est supprimée la limitation de cette technique à la Mer du Nord. D’autres espèces de poissons pourraient être ainsi concernées. De nombreuses voix s’élèvent dans les milieux scientifique et politique pour dénoncer cette technique de pêche qui contribuerait à la disparition d’espèces et réduirait les capacités de reproduction de la faune marine. Elle a aussi des conséquences sur les pêcheurs eux-mêmes car les chalutiers hollandais, belges et anglais peuvent débarquer leurs prises dans des ports comme Boulogne-sur-Mer ou Dunkerque créant ainsi une concurrence déloyale avec des moyens techniques hors de la portée des marins pêcheurs du littoral. Si cette technique n’est pas interdite les fileyeurs auront disparu fin 2019.

Le Pas-de-Calais dispose avec Boulogne-sur-Mer du 1er port de pêche de France. Notre Assemblée Départementale a toujours témoigné d’un engagement constant pour les questions maritimes notamment la protection et la valorisation de la mer et de ses ressources. Elle a soutenu l’activité de la pêche artisanale pratiquée par les chalutiers, les fileyeurs boulonnais pendant de longues années au titre de la clause de compétence générale. Un soutien financier a été apporté de nombreuses années pour l’installation et la modernisation des navires de pêche, pour l’accompagnement de projets ou l’expérimentation de quelques navires hybrides. La loi Notre nous impose de revoir au travers d’une convention avec la Région les possibilités d’intervention départementale au monde halieutique et maritime.   
Le Département intervient également par d’autres canaux tels l’aide à la modernisation du Port de Boulogne-sur-Mer, le développement du Port d’Etaples et de ses étals de pêche ou la participation au Fonds de Cautionnement des Achats des Produits de la Mer qui concerne la commercialisation du poisson ou l’aide aux pêcheurs en difficulté.

Les conseillers départementaux socialistes, républicains et citoyens réaffirment leur soutien aux pêcheurs du littoral du Pas-de-Calais et à l’ensemble des pêcheurs français qui veulent développer une pêche responsable, durable, économiquement viable pour tous.

– appellent les députés européens qui doivent examiner les propositions de la Commission de la Pêche à être vigilants et les invitent à amender le texte dans le sens de la responsabilité économique et environnementale,
Òdemandent au gouvernement français de tout faire pour empêcher le développement de la pêche électrique dans l’Union Européenne qui mettra en danger les écosystèmes marins et de créer les conditions d’une position responsable au sein du Conseil,

– et sollicitent la Commission à prendre en compte l’absence d’analyse scientifique solide pour refuser toute extension des autorisations à la pêche électrique et pour faire strictement appliquer le respect de la limite des 5%.
 
               
Laurent DUPORGE, Président
Mireille HINGREZ-CEREDA, Claude ALLAN, Jean-Claude ETIENNE, Pascale LEBON,
Annie BRUNET, Pascale BURET, Bernard CAILLIAU, Maryse CAUWET, Sébastien CHOCHOIS, Jean-Louis COTTIGNY, Michel DAGBERT, Alain DELANNOY, Nathalie DELBART, Jean-Claude DISSAUX, Blandine DRAIN, Odette DURIEZ, Raymond GAQUERE, Karine GAUTHIER, Pierre GEORGET, Nicole GRUSON, Alain LEFEBVRE, Jean-Claude LEROY, Isabelle LEVENT, Emmanuelle LEVEUGLE, Ludovic LOQUET, Daniel MACIEJASZ, Caroline MATRAT, Bénédicte MESSEANNE-GROBELNY, Evelyne NACHEL, Bertrand PETIT, Claude PRUDHOMME, Patricia ROUSSEAU, Frédéric WALLET, Sophie WAROT, Florence WOZNY.

 


Voir les billets suivants »